Accueil Généralités Désherbage Outils informatiques Publications Liens
 

 

Identification

L'identification des mauvaises herbes par les agronomes se heurte à quatre contraintes majeures

  • Les plantes doivent être identifiées dés leur stade végétatif, or, les flores classiques, utilisant le principe de classification linéenne se base sur la struture florale;
  • L'utilisation des clés dichotomiques oblige à répondre à un grand nombre de questions selon un cheminement imposé par l'organisation de la clé. Ainsi, lorsqu'une question porte sur un caractère absent de l'échantillon, il n'est pas possible de poursuivre l'identification.
  • Une erreur de réponse à une question n'est pas tolérée (la plante est éliminée). L'utilisateur ne s'en rend compte de l'erreur qu'au moment où il parvient à une question ne correspondant pas à l'échantillon. Pour autant, il ne sait pas à quel moment l'erreur a eu lieu. Il doit donc reprendre la démarche depuis la première question de la clé.
  • Les questions des clés d'identification utilisent un grand nombre de termes techniques, pas toujours connus des non-botanistes. Ceci rend leur utilisation difficile pour les non-spécialistes, notamment lorsqu'il faut manipuler ces termes dans différentes langues

Publications recommandées pour la zone tropicale

Différents outils d'identification existent, plus ou moins performants et plus ou moins faciles d'utilisation.

En Afrique de l'Ouest, seule la Flora of West Tropical Africa est complète du point de vue systématique, mais elle ne permet pas d'identifier les plantes sans fleurs et elle est en anglais.

D'autres flores régionales ou nationales sont incomplètes, toutes les familles n'étant pas traitées. Pour certaines, l'édition est inachevée (Flore du Cameroun, Flore du Congo...). D'autres sont toujours en cours d'édition (Flora of Tropical East Africa, Flore du Zambèze, Flore des Mascareignes, Flora of Thailand...). Pour d'autres encore, seule une famille est traitée (Flore des Poaceae du Niger, Flore des Poaceae de Côte d'Ivoire, Flore agrostologique de Madagascar…)

La Flore du Sénégal présente l'avantage de posséder une clé d'identification portant d'abord sur des caractères végétatifs, permettant d'identifier ou d'approcher l'identification d'échantillons non fleuris.

Certaines flores ne comportent qu'une clé d'identification, tandis que d'autres comprennent également une description botanique complète de chaque espèce. C'est généralement le cas pour les flores nationales.

Certains ouvrages portent spécifiquement sur les mauvaises herbes d'une région ou d'une culture. Ainsi on peut trouver:

  • Des plaquettes portant sur 20 à 50 espèces comportant une photographie ou un dessin et une description sommaire des plantes (Field guide to important arable weeds of Zambia, Les principales adventices de la canne à La Réunion, Guide des principales adventices des cultures maraîchères de Nouvelle-Calédonie…). Les illustrations de ces plaquettes et les descriptions sont parfois insuffisamment précises pour permettre une bonne identification.
  • Des manuels plus complets, portant sur un plus grand nombre d'espèces (Guide des adventices d'Afrique de l'Ouest, Adventrop : Les adventices d'Afrique soudano-sahéliennes, Weeds of soybean field in Thailand, Weeds of rice in Indonesia, Plantas infestantes e nocivas-Brasil…). Dans ce type d'ouvrage, les descriptions sont souvent précises et bien illustrées (photographies et/ou planches botaniques), mais il n'y a pas de système d'identification. Il est donc nécessaire d'avoir une idée de la plante recherchée.
  • Certains manuels comportent un système d'identification par clé dichotomique (Manual of ricefield weeds in the Philippines…) ou par clé graphique (Adventices tropicales, AdvenRun : Principales mauvaises herbes de La Réunion). Ces clés graphiques portent principalement sur des caractères végétatifs et permettent d'identifier des plantes sans fleur. Elles sont compréhensibles par des non-spécialistes car elles utilisent des dessins sans terminologie technique.

Les apports du multimédia

La mise au point récente de cédéroms d'aide à l'identification et de description des mauvaises herbes tropicales (Adventrop : Les adventices d'Afrique soudano-sahélienne, AdvenRun : Les principales mauvaises herbes de La Réunion) permet de pallier la plupart des contraintes des flores classiques, pour la majorité des utilisateurs.

Ces outils permettent une identification des plantes à partir d'un portrait robot. Cette méthode présentes plusieurs avantages : Elle n'utilise que des dessins, sans terminologie technique. Elle laisse à l'utilisateur le choix des caractères à décrire. Elle tolère le manque d'information, donc les échantillons incomplets, ainsi que les erreurs d'observation. A chaque étape de l'identification, une probabilité de vraisemblance est calculée pour chaque espèce. Les espèces sont alors triées par ordre décroissant de vraisemblance.
Chaque fiche d'espèce comporte des photographies, une planche botanique et des textes descriptifs botaniques et écologiques. Les termes techniques utilisés dans les textes renvoient aux définitions illustrées du glossaire.
Les cédéroms sont couplés à des manuels de terrain.

Tous ces outils sont complémentaires et le choix de l'un ou l'autre dépendra de leur disponibilité pour une zone d'étude donnée, et de l'utilisateur.

Retour en début de page


Logo Cirad
Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement
Informations légales © Copyright Cirad 2001